Anticor

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Powered by RS Web Solutions

Accueil Tous les articles paradis fiscaux

paradis fiscaux

Merci à Denis Clerc et à son blog

Quand le sieur Pécresse explique : Pour lui, paradis fiscal « est une exception à préserver. Il joue un rôle agaçant mais stimulant, d’aiguillon, venant sans cesse rappeler le pouvoir d’attraction des économies faiblement taxées. (…) La vertu du paradis est de rappeler qu’il existe, non loin de lui, un enfer. » Une vertu pédagogique, donc : celle de rappeler que nous autres, Français résidents en France, vivons dans un enfer, dont les taux d’imposition sont « désormais, quasi-confiscatoires sur les hauts revenus. » Je ne dirai rien sur cet éloge surprenant du paradis, lieu d’élection et récompense des justes, sinon pour indiquer que, à mon avis, Jean-Francis Pécresse a du oublier son catéchisme, car, dans l’Evangile, les justes, ce sont plutôt les pauvres, ou ceux qui ont donné à manger à ceux qui avaient faim. Mais, là, je m’écarte.

Comme la Mathilde de la chanson de Jacques Brel, Jean-Francis Pécresse est revenu. Du fait de sa récente nomination (en octobre dernier) comme directeur de la rédaction de Radio-Classique (filiale du quotidien Les Echos), je me désolais un peu de devoir désormais passer mes nerfs sur d’autres « économistes » qui confondent bien commun et enrichissement, justice et économie de marché, éthique et finance. Heureusement, il n’en manque pas, mais j’avais un attachement particulier à Jean-Francis Pécresse, tant, dans ce domaine, il était – à mes yeux -, attachant, franc du collier et décomplexé. Sa défense des riches était touchante, il la menait par conviction (je n’ose dire par éthique), et pas seulement par désir d’ascension sociale, puisque, sur ce point, il a presque atteint le sommet : il ne lui reste plus guère qu’à remplacer Francis Morel ou Henri Gibier (respectivement directeur et directeur de la rédaction du quotidien Les Echos), ou à succéder au regretté Erik Izraelewicz au Monde (mais, là, ce sera plus difficile).

la suite

 

FacebookGoogle BookmarksTwitter

bif.jpg

Nouvelles

Le Sénat distribue un million d'euros d'indemnités cachées à ses «dignitaires»

S'il est de notoriété publique que le président du Sénat bénéficie d'un bonus d'indemnité, associé à sa fonction, une quarantaine de sénateurs haut placés touchent aussi un complément de revenu. Dans la plus grande opacité. D'après des documents que nous nous sommes procurés, ces rallonges coûtent plus d'un million d'euros par an au Palais du Luxembourg. En savoir plus sur Mediapart.