Anticor

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Powered by RS Web Solutions

Accueil Tous les articles Désindustrialisation et corruption ont fait le lit du FN

Désindustrialisation et corruption ont fait le lit du FN

Marquée par l’affaire de malversations présumées qui a valu à l’ancien maire PS Gérard Dalongeville sa mise en examen et sa révocation, la circonscription d’Hénin-Beaumont a vu s’implanter le FN qui a fait campagne sur la lutte contre la corruption.

Dans une interview publiée hier par La Voix du Nord, le candidat du Front de gauche se présente comme une « relève » et considère que « la décomposition du premier parti de la gauche (le PS, ndlr) est une des causes essentielles de la floraison du Front national ». Il estime que jamais le parti de Marine Le Pen « n’aurait pu prendre pied s’il n’y avait pas eu le spectacle consternant » que le PS a donné à Hénin-Beaumont.

En 2009, un an après sa réélection, Gérard Dalongeville, le maire depuis 2001, a été mis en examen pour détournement de fonds, faux en écriture et favoritisme, dans une affaire de fausses factures. Il a ensuite été révoqué en Conseil des ministres. Lors de l’élection municipale partielle organisée au début de l’été 2009, la liste du FN menée par Steeve Briois (aujourd’hui secrétaire général du FN), avec Marine Le Pen en deuxième position, avait été battue au second tour avec 47,62 % des voix. Marine Le Pen a néanmoins été élue conseillère municipale de cette ville touchée comme toute la circonscription par la désindustrialisation. En 2011, elle a dû quitter ce siège qu’elle occupait depuis 2008, en raison de la loi sur le non-cumul des mandats.

source : http://www.leprogres.fr/france-monde/2012/05/13/desindustrialisation-et-corruption-ont-fait-le-lit-du-fn

 

FacebookGoogle BookmarksTwitter

corruption.jpg

Nouvelles

Le Sénat distribue un million d'euros d'indemnités cachées à ses «dignitaires»

S'il est de notoriété publique que le président du Sénat bénéficie d'un bonus d'indemnité, associé à sa fonction, une quarantaine de sénateurs haut placés touchent aussi un complément de revenu. Dans la plus grande opacité. D'après des documents que nous nous sommes procurés, ces rallonges coûtent plus d'un million d'euros par an au Palais du Luxembourg. En savoir plus sur Mediapart.