Anticor

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Powered by RS Web Solutions

Accueil

Favoritisme et corruption à la française. Petits arrangements avec la probité.

Cet ouvrage érudit présente en huit chapitres les résultats d’une recherche au long cours conduite par une équipe1 du CEVIPOF sous la direction de P. Lascoumes, politologue de renom venu de la sociologie de la déviance. Ces deux disciplines sont indispensables à la problématisation d’un sujet aussi peu et mal traité scientifiquement en France que celui de la corruption des élites politiques. Le protocole de l’enquête – dont une grande partie s’appuie sur les résultats d’un sondage national administré en 20062 –, traite des représentations sociales des citoyens au sujet de certains agissements problématiques de leurs élus (chapitres 1 à 4). L’édifice de la démonstration a d’abord été construit sur la base des résultats d’une longue phase d’exploration qualitative qui en a jeté les fondations (prologue). L’équipe avait alors été conduite à mettre en avant les raisons pour lesquelles les citoyens de trois villes moyennes, Mélisse, Plaise et Oroncour, avaient pu réélire un maire en dépit de ses condamnations pénales pour malversations avérées, au moins dans deux d’entre elles. L’attention des chercheurs fut ainsi attirée par divers systèmes d’excuses et de justifications mobilisés par les citoyens pour atténuer la gravité de leurs « débordements », tels par exemple des jugements positifs sur l’efficacité de la gestion municipale, la bonne perception des relations de proximité entretenues avec l’élu. D’autres techniques de neutralisation argumentatives furent déployées, telles l’invocation de la généralité des pratiques illégales dans le champ politique ou l’absence de compétences personnelles pour juger des contraintes subies par les hommes politiques. Ainsi donc, au lieu de mettre au cœur de l’enquête de la phase quantitative extensive, les raisons pour lesquelles des comportements seraient réprouvés et condamnés par la morale commune dans des cas de corruption avérés, l’équipe du CEVIPOF s’est-elle plutôt attachée à décortiquer les raisons de l’ambivalence du public à l’égard de pratiques de favoritisme issues de cas concrets testés par ailleurs3. Ce réflexe de méthode s’est avéré salutaire, tant les résultats du traitement du sondage (qui s’étendent également sur des points spécifiques aux chapitres 5 à 8) contiennent une moisson d’enseignements inédits4.

la suite plus le pdf en version intégrale c'est ici : http://champpenal.revues.org/7954

Frédéric Ocqueteau, « Pierre Lascoumes (dir.), Favoritisme et corruption à la française. Petits arrangements avec la probité. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. VII | 2010, mis en ligne le 16 décembre 2010, Consulté le 01 août 2012. URL : http://champpenal.revues.org/7954

Image1

 

FacebookGoogle BookmarksTwitter

monaco.gif

Nouvelles

source : Nouvel Observateur

Une enquête préliminaire a été ouverte à Paris sur des mouvements douteux de paris sur le match Lens-Istres joué vendredi dernier.

Photo d'archives. (Sipa)
Mots-clés : paris, Lens, Istres, corruption, football, enquête

Une enquête préliminaire a été ouverte mardi 15 mai à Paris sur des mouvements douteux de paris sur un match de Ligue 2, Lens-Istres joué vendredi, a annoncé à l'AFP une source judiciaire, alors que le combat contre les mises suspectes est une préoccupation majeure des instances sportives.

Contactée par l'AFP, la Française des Jeux (FDJ) a indiqué, sans plus de précision, avoir "récemment fait des signalements sur deux matches aux autorités concernées, du fait en particulier de montants anormalement élevés par rapport à l'enjeu sportif".

Selon une source proche du dossier, des anomalies ont également été relevées sur une rencontre de première division de handball, remportée samedi par Cesson aux dépens du champion de France, Montpellier (31-28).

Des "paris anormaux", avec "des montants quatre ou cinq fois supérieurs à ce qu'on pouvait attendre pour de tels matches" ont été relevés, selon cette source.

Tous ces paris ont été passés "de manière subite" depuis "une zone géographiquement circonscrite", dans le sud-est de la France, et allaient tous dans le même sens, ce qui est inhabituel, a-t-on relevé. Face à ces mouvements suspects, la Française des Jeux avait interrompu les paris sur ces rencontres.

Le président de l'Autorité de régulation des jeux en ligne (Arjel) Jean-François Vilotte a indiqué à l'AFP avoir alerté le parquet. "Nous avons fait lundi au parquet de Paris un signalement sur le match Lens-Istres pour montant anormal de paris : montant global, montant unitaire, répartition quasi exclusive sur Lens, concentration géographique inhabituelle".

"Je suis franchement très étonné"

Dans le cas du match entre Lens et Istres, il s'agit de paris passés en ligne. Pour ce qui est de la rencontre de handball, les paris étaient passés depuis le réseau physique des détaillants de la Française des Jeux, a-t-on précisé.

Le Racing Club de Lens a assuré son maintien en L2 grâce à sa victoire sur Istres (1-0), obtenue par un but inscrit sur une grosse erreur défensive du capitaine du club provençal, Eric Chelle, ancien joueur de l'équipe du Pas-de-Calais (2008-11).

suis franchement très étonné de l'ouverture de cette enquête préliminaire, a déclaré mardi à l'AFP le président du FC Istres Francis Collado, ancien directeur administratif et financier de Lens. On a été averti par la Ligue de football professionnel (LFP) de la suspension des paris sur le match, le jour même du match".

"Je ne pensais pas que Istres suscitait autant d'intérêts, a-t-il ajouté. Je ne sais pas s'il y a eu des paris douteux. Franchement ça ne me touche pas. Je ne me sens pas incriminé du tout, ni le club, nous n'avons pas encore saisi d'avocat".

"Moi, j'ai vu un match normal"

Le président de Lens, Gervais Martel, avait pour sa part balayé tout soupçon dès le coup de sifflet final. "On disait partout que ça allait être un match arrangé car, à Istres, il y a des anciens dirigeant et joueur de Lens. Moi, j'ai vu un match normal, qui s'est disputé face à une équipe d'Istres qui a joué son match et qui a essayé de le gagner", expliquait le dirigeant nordiste sur le site officiel de son club.

Avant le match, la LFP avait alerté le délégué et l'arbitre à propos de la mise sous surveillance par l'Arjel de cette rencontre, a-t-on appris auprès de la Ligue.

Le combat contre les mises suspectes est une des priorités des instances, notamment de l'Union européenne de football (UEFA). "La corruption, c'est le grand fléau pour moi", avait confié en mars à l'AFP Michel Platini, président de l'UEFA, parlant de ce problème en général.

"Le phénomène de la corruption n'est pas nouveau, avait poursuivi le patron du foot européen. Il y a toujours eu des tentatives, pour des raisons sportives, gagner un match, mais maintenant c'est lié à des paris. Les joueurs savent maintenant que ceux qui sont pris la main dans le sac ne joueront plus jamais au foot. C'est tolérance zéro. Si on va voir un match et si on connaît le résultat à l'avance, ce n'est plus la peine de jouer au foot", avait-il conclu.

Une rencontre de Ligue des champions, Dinamo Zagreb-Lyon (1-7), en décembre, avait fait couler beaucoup d'encre, mais aucune anomalie particulière ni aucun pari illégal n'avait été établi.