Anticor

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

In order to view this object you need Flash Player 9+ support!

Get Adobe Flash player

Powered by RS Web Solutions

Accueil

La France tu l’aimes ou tu la quittes... Avec ton fric (...)

La France tu l’aimes ou tu la quittes... Avec ton fric !

Depuis l'arrivée au pouvoir du Président qui n'aime pas les riches, c'est l'exode ! Comme un long cortège de fourmis, sous nos yeux effarés, nous assistons à la fuite de nos élites. Jamais autant de voitures de luxe n'auront sillonné la France en direction de nos voisins européens tellement plus charitables fiscalement. C'est en tout cas l'impression que donne la lecture de cet article sur Slate.

Mais le phénomène de l'exil des haut revenus ne date pas d'aujourd'hui, c'est d'ailleurs pour cette raison que le Président des riches avait décidé l'instauration de ce fameux et si décrié bouclier fiscal, et ensuite la suppression partielle de l'ISF. La crise mais surtout l'élection présidentielle ont convaincu Sarkozy de revenir tardivement sur ses promesses de la campagne électorale 2007. D'après les observateurs étrangers, entre 10 et 20 000 ménages français pourraient fuir ce pays qui n'aime pas les gens qui réussissent et où les citoyens ont un problème avec l'argent... des autres ! Bienvenue à Londres s'esclaffe son Maire Boris Johnson, alors que les agences immobilières de Suisse et de Belgique croulent sous les demandes d'informations. La France se viderait de son sang et l'hémorragie ne ferait que commencer, vite un garrot docteur Hollande !

En 2011 il y avait 1 594 303 citoyens français inscrits sur le registre mondial des expatriés, soit une hausse de 6% par rapport à l'année précédente. 7,3% ont décidé de respirer l'air pur de la Suisse et de goûter aux joies des sports d'hiver, 8,5% d'entre eux préfèrent jouer au golf et pratiquer la pêche à la mouche au Royaume Uni, 8,1% ont choisi la Belgique certainement pour son climat et la culture légale du cannabis. Ils ne sont que 2,4% à vivre en Allemagne, la langue de Goethe est-elle si difficile à assimiler ? 1,1% quittent la Grèce, allez savoir pourquoi, c'est pourtant un si joli pays, très vivant et démonstratif.

Vous comprenez sans doute le profond sentiment d'arrachement de tous ces braves contribuables obligés de s'évader de leur pays à contre coeur. Cette douce France qu'ils aiment tant et pourtant moins que leur argent. Comment pourraient-ils supporter une imposition à 75% lorsque leurs revenus dépassent 100 millions d'euros, si encore c'était des francs ! Et plus moyen de planquer une grande partie de leur magot dans les niches fiscales, c'est la ruine, quelle misère !

Mais surtout quel dommage que Nicolas Sarkozy n'ait pu mettre en application son idée lumineuse de plumer, pardon d'imposer, tous ces oiseaux migrateurs qui partent vers l'étranger simplement pour échapper à l'impôt. Encore fallut-il prouver que le but de ce déménagement était uniquement lié à une substantielle économie fiscale, ce qui était quasiment irréalisable. Les Français Belges, Suisses, Anglais ou d'ailleurs peuvent dormir en toute sérénité. Même Hollande n'oserait pas copier Sarkozy, quant à Mélenchon il en rêve peut-être. Mais aussi pourquoi le Président déchu n'y a-t-il pas pensé plus tôt. C'est vrai qu'il avait besoin de ces généreux donateurs pour financer sa réélection, c'est que les meetings et les drapeaux tricolores sont hors de prix, et aujourd'hui avec un euro tu n'as plus rien !

source : agoravox

 

FacebookGoogle BookmarksTwitter

images.jpg

Nouvelles

Carmaux. 120 ans de mairie socialiste : restaurons la démocratie locale


De g à d,S.Entraygues,R.Crespo et T.San Andrès invitent au débat.

Demain mardi 15 mai, le syndicat des mineurs CGT et l'association départementale des élus communistes et républicains (ADECR 81), invitent la population à une rencontre sur le thème «Restaurons la démocratie locale».

Alors que ce même mardi 15 mai François Hollande sera officiellement intronisé Président de la République, on commémorera à Carmaux le 120e anniversaire de l'élection de Jean-Baptiste Calvignac, premier maire socialiste de la cité minière élu le 15 mai 1892.

Fils de mineur, ajusteur, Jean-Baptiste Calvignac entrait à 19 ans à la société des mines de Carmaux, dirigée par le baron Reille, patron de la droite Tarnaise, et son gendre Ludovic de Solages, député depuis 1889.

Se lançant très vite dans l'action politique et syndicale, notamment pour défendre la sécurité au travail, Calvignac devint secrétaire du syndicat des ouvriers mineurs, puis conseiller municipal et maire, une élection qui mettait un terme au pouvoir à sens unique qu'exerçait alors De Solages sur la municipalité.

Son licenciement, sous prétexte de ses absences imposées par l'exercice de son mandat d'élu, entraînera un vaste mouvement de grève, qui durera du 16 août au 3 novembre 1892, suivi par 3000 mineurs.

Jean-Jaurès soutient cette grève dans de nombreux articles écrits dans La Dépêche.

Le maire est alors réintégré, provoquant la démission du marquis de Solages de son poste de député.

Jean-Jaurès sera quant à lui élu à cette fonction le 8 janvier 1893.

Mardi 15 mai sera donc à la fois l'occasion de commémorer ce 120e anniversaire et d'échanger sur les enjeux de la démocratie locale, de débattre, à la veille des législatives, sur l'avenir de la loi portant réforme des collectivités territoriales: «L'abrogation de la réforme et des états généraux pour une réforme démocratique des collectivités motivent cette invitation», explique Robert Crespo, adjoint à la culture (Communiste et Républicain) de Carmaux, en présence de Serge Entraygues, conseiller général (CR), et de Thierry San Andrès, maire (CR) de Saint-Benoît de Carmaux.

Mardi 15 mai à 10h30,chambre syndicale des ouvriers mineurs,22, rue Victore Hugo à Carmaux,Avec Roland Foissac, vice président du Conseil Général et président de l'ADECR.

 

source : http://www.ladepeche.fr/article/2012/05/14/1352556-carmaux-120-ans-de-mairie-socialiste.html